Jordan SpiethJusqu’à tout dernièrement, le nom de Jordan Spieth ne résonnait pas beaucoup sur la sphère les lèvres de tous les observateurs et amateurs du golf. C’est donc chose fait maintenant qu’il a inscrit son nom en lettre d’or en remportant avec maestria le PGA Tour dimanche dernier. C’est réellement une grande première parce que depuis 1931, aucun golfeur de moins de 20 ans n’a soulevé le trophée sur ce parcours. A 19 ans, il a démarré le tournoi avec six coups de retard sur le leader. A alors fallu patienter jusqu’au 5ème trou lors du play off avec comme adversaires Zach Johnson, qui en 2007, a remporté le Masters d’Augusta, ainsi que du canadien David Hearn. Cette victoire a surpris tout le monde, que ce soient les spectateurs qui se trouvaient sur ce parcours de golf, ou devant leur petit écran à la maison.

La victoire de l’américain lui permet de prendre part au prochain British Open, et rencontrer un autre champion d’envergure, son compatriote Tiger Woods, qu’on ne présente plus. C’est à 20 ans que Woods avait remporté pour la première fois le trophée du PGA Tour, de même que Phil Mickelson et Rory McIlroy. Quant à Spieth, il faudra attendre encore deux semaines pourqu’il souffle sur sa 20ème bougie.

Le parcours de Deere Run était réellement en ébullition, après ce coup d’éclat, c’est le tout nouveau vainqueur du John Deere Classic que la planète golf a accueilli avec ferveur et beaucoup d’admiration. C’est au 77ème coup du jeune homme que les chroniqueurs ont qualifié d’empreint de beaucoup d’audace et d’imagination, qu’il s’est hissé au sommet de la compétition. Or l’on se souvient très bien qu’il lui avait été interdit de jouer cette saison pour être passé du côté des professionnels au terme de la saison dernière. Il s’est donc focalisé sur les diverses invitations enregistrées, pour réaliser jusqu’à 11 cuts parmi les 16 compétitions auxquelles il a participé. Grâce à cette victoire, outre les portes du British open, celles de la FedEx Cup, étant donné qu’il entre désormais dans le très sélectif classement mondial et à la onzième place bien sûr. C’est un vainqueur précoce de l’avis des observateurs. Mais lui ne voudrait pas l’entendre de cette oreille, et prouver à qui veut l’entendre lors des prochains tournois, qu’il va durer sur la scène du golf mondial.

Dextérité et esprit d’imagination sont les deux forces atomiques que détient ce jeune prodige qui fait déjà rêver plus d’un de sa tranche d’âge non seulement en Amérique, mais aussi dans le monde entier. Car jusqu’à présent, le golf reste un sport très sélectif qui a encore besoin de beaucoup de temps pour être démocratisé. Il concentre essentiellement une certaine élite et entend préserver cette aura pendant longtemps. Il faut dire que si la chance était du côté de Spieth, on ne saurait dire autant pour ses adversaires, qui ont vraiment eu maille à partir avec des coups de ratés à répétition, et le vent qui ne leur faisait pas de cadeau, contrairement à lui qui a donné l’impression d’être sous la direction d’une fée qui guidait ses balles.

Laisser un commentaire